Remboursement chirurgie réparatrice : quelle prise en charge pour les opérations esthétiques et plastiques par la mutuelle et la CPAM ?

chirurgie réparatrice par mutuelle et sécu

Le remboursement de la chirurgie réparatrice peut atteindre 600% de la BRSS par une mutuelle. Toutefois, ce taux est nécessaire en cas de dépassements d'honoraires en clinique, vu que la prise en charge d’une chirurgie esthétique acceptée par la sécurité sociale est de 100% suite à l'approbation de son médecin conseil.

Pour cette raison, il est plus judicieux de choisir une bonne mutuelle pas chère qui permet de minimiser les restes à charge liés aux plasties reconstructives sans trop cotiser comme c’est le cas pour la réduction mammaire, l’abdominoplastie, la sleeve, etc.

Dans la suite, « Mutuelles-Pas-Cheres.org » donne plus de détails sur ces chirurgies esthétiques et les plasties réparatrices reconstructives remboursées par les régimes de base afin de permettre aux assurés de mieux accepter leurs corps.

Remboursement chirurgie réparatrice : quand une opération esthétique reconstructrice est-elle prise en charge par la mutuelle et la sécurité sociale ?

Les chirurgies réparatrices sont toujours prises en charge par la sécurité sociale et remboursées par les mutuelles santé après une demande rédigée par le chirurgien et déposée au bureau de la caisse primaire d'assurance maladie (CPAM). Toutefois, il est nécessaire que la nature de l'intervention reconstructrice soit l'une des deux suivantes :

  • une opération esthétique légitime : elle sert à réparer un défaut naturel qui cause un handicap psychologique et social réel. Pour cela, seul le médecin conseil est habilité à approuver le remboursement après une consultation.
    Cela englobe, les otoplasties, les augmentations ou réductions mammaires, bypass, sleeve, etc.
  • une chirurgie réparatrice : elle est remboursée dans la majorité des cas et sert à remédier aux retombées des accidents, malformations, maladies ou mutilations.
    Dans ce contexte, la prise en charge de la sécurité sociale est acquise et elle donne lieu au remboursement de la mutuelle santé dans les limites des garanties choisies par l'assuré. Pour cette raison, subir une chirurgie réparatrice pour cicatrice au visage est un acte des plus répondu suite à un accident du travail ou de la route.

La prise en charge de la chirurgie réparatrice par la sécurité sociale est à 100 % de la BRSS ; alors que la mutuelle rembourse l'opération réparatrice à des taux compris entre 100 et 600 % . Cela concerne le remboursement de l'abdominoplastie, abdominoplastie, réduction mammaire, etc.

Toutefois, il est à remarquer qu’une formule santé avec des remboursements inférieurs à 120 % laissent toujours des restes à charge en cas de dépassements d’honoraires de la part du chirurgien plasticien et de l’anesthésiste.

Remboursement chirurgie réparatrice : quelle procédure pour avoir la prise en charge d’une telle opération esthétique ?

Le remboursement d’une chirurgie réparatrice est possible par la Sécurité Sociale dans la limite des deux cas déjà susmentionnés.
Toutefois, il est nécessaire de respecter la procédure suivante :

  • l’établissement d’une entente préalable entre le chirurgien et le régime de base
  • la réception d'une confirmation de l'accord de la part de la CPAM dans un délai de 15 jours (si ce délai est dépassé sans l'arrivée d'un courrier de refus, cela signifie une acceptation automatique de la prise en charge de la chirurgie plastique)
  • subir la chirurgie reconstructrice dans un établissement public, ou une clinique
  • envoyer le décompte du remboursement de la sécurité sociale à la mutuelle pour couvrir les restes à charge liés à l'opération esthétique reconstructrice.

Le dernier point est important surtout en cas de dépassements d'honoraires. Ces derniers sont fréquents dans les établissements privés et peuvent gonfler la facture de 70%.

De plus, plusieurs chirurgies réparatrices sont suives d'une convalescence longue et d'une rééducation ; l'exemple le plus frappant est celui de la greffe de visage où l'opéré subit des changements considérables dans son métabolisme (risque de rejet) et reste dans l'hôpital plusieurs jours pour éviter toute infection.

Dans ce cas, il est nécessaire d’avoir une mutuelle hospitalisation avec des plafonds de remboursements suffisamment élevés pour rembourser les frais d’une chirurgie réparatrice. Pour ça, le comparateur « Mutuelles-Pas-Cheres.org » présentes des formules efficaces et pas chères des partenaires de la Mutualité Française capables d’assurer la prise en charge des opérations reconstructrices.

Remboursement chirurgie réparatrice : concerne-t-il aussi les consultations du chirurgien esthétique ?

Consulter un chirurgien esthétique peut-être mal remboursé (30% au lieu de 70%) ou refusé par la mutuelle santé et la sécurité sociale quand deux conditions sont réunies :

  • la visite est effectuée sans passer par le médecin traitant (non respect du parcours de soins coordonnés)
  • le chirurgien juge l'opération inutile ou seulement à but esthétique. Dans ce genre de situation, il a le doit de refuser la rédaction d'une demande d'entente préalable pour des raisons étiques ou médicales.

Pour cette raison, il est conseillé de toujours consulter votre médecin déclaré auprès de l'assurance maladie avant de vous rendre au chirurgien plasticien ; c'est le seul moyen d'être bien remboursé.

Demandez vos devis gratuits dès maintenant et optez pour une mutuelle qui rembourse les dépenses nécessaires pour soigner une malformation et les chirurgies plastiques.

Chirurgies réparatrices : quelles sont les opérations esthétiques reconstructrices les plus courantes et remboursées par les mutuelles et la CPAM ?

Les actes chirurgicaux réparateurs pris en charge les plus fréquents sont :

  1. La chirurgie réparatrice de la poitrine : La réduction mammaire est remboursée par les mutuelles et la sécurité sociale. Sa prise en charge nécessite de retirer au minimum 300 g par sein.
    En revanche, une augmentation mammaire est remboursée quand les seins sont peu développés (moins d’un bonnet A).
    La malformation congénitale de la poitrine est aussi une raison pour se faire opérer. En effet, les seins tubéreux ou de tailles inégales peuvent causer des difficultés psychologiques et socioprofessionnelles handicapantes.
    Pour une femme avec 3 grossesses et accouchements à son actif, un remboursement de la mastopexie est possible par la sécurité sociale afin de se faire remonter la poitrine et réparer les effets d’une ptose. Dans ce cas, la mutuelle prend en charge les restes à charge de la plastie des seins.
  2. La chirurgie réparatrice du visage : un enfant né avec une fente dans la lèvre (bec de lièvre) peut être opéré dès l’âge de 3 mois par un chirurgien esthétique afin d’éviter les problèmes d'élocution et les difficultés à s'alimenter. De plus, toute personne souffrante d’une déviation du nez gênante pour la respiration peut subir une rhinoplastie.
    D’ailleurs, la chirurgie reconstructrice du visage est prise en charge par toute mutuelle famille nombreuse dans le but de soigner les enfants avant d’avoir des répercussions psychiques fâcheuses.
  3. La chirurgie réparatrice suite à une excision ou pour la biaplastie : plusieurs femmes (enfants adoptées d’origines étrangères) ont subi l’ablation du clitoris. Cela constitue une mutilation grave qui entrave la vie sexuelle.
    Dans d’autres cas, les petites lèvres ont une taille exagérée et causent une gêne par leur frottement aux vêtements, notamment au moment de la marche.
    L’excision et la malformation génitale sont prises en charge par le régime de base et la mutuelle jeune choisie par la patiente.
  4. La chirurgie réparatrice du ventre après amaigrissement : une perte de poids rapide et importante peut faire apparaître un tablier abdominal (tissus cutané pendouillant). Ce dernier est considéré comme incommodant s’il couvre le pubis ; dans ce cas, une abdominoplastie s’impose pour le retirer et seul un médecin de l’assurance maladie peut confirmer la prise en charge ou non de cet acte médical.
  5. La chirurgie réparatrice ultérieure au cancer : plusieurs cancéreux subissent l’ablation d’une partie de leurs corps (testicules, reins, etc.). Il est possible de se passer d’une plastie tant qu’il n’y a pas de gène.
    Cela dit, une chirurgie reconstructrice mammaire est nécessaire pour une femme qui a perdu un de ses seins. L’opération est prise en charge même par une mutuelle retraite ; en effet, les personnes de plus de 50 ans sont plus susceptibles d’avoir un cancer du sein.
  6. La chirurgie bariatrique contre l’obésité morbide : la sleeve et le bypass donnent lieu au remboursement de l’assurance maladie et de la mutuelle dès que l’indice de la masse corporelle (IMC) est supérieur ou égale à 40.
  7. L'opération de rhinoplastie : la chirurgie du nez est remboursée par la mutuelle suite à la prise en charge de la sécurité sociale. Pour cela, il est nécessaire que le chirurgie esthétique soit effectuée pour reconstituer un nez déformé suite à un accident ou pour redresser des cavités nasales malformées et rendant difficile la respiration.

La chirurgie réparatrice concerne aussi la malformation congénitale des mains, pieds, hanches, etc. L’important est de consulter un chirurgien plasticien pour savoir s’il est possible d’en bénéficier. La prise d’une couverture santé fiable est nécessaire pour faire face aux frais exigés.

Faites une comparaison des formules en ligne sur « Mutuelles-Pas-Cheres.org » et dotez-vous d’une mutuelle sans carence capable de couvrir vos frais thérapeutiques coûteux.

Article mis à jour le 13/05/2019 | Par Mutuelles-Pas-Cheres.org


Remboursement chirurgie réparatrice : que prévoient mutuelle et sécu ? 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Evaluation 3.7 sur 5 / note basé sur 20 avis
Commentaires
Fatou
Le remboursement de la reconstruction clitoridienne est-il possible ? Si oui, de combien est-il ? Merci.
Répondre
Administrateur de Mutuelles-pas-cheres.org
Le remboursement de la chirurgie réparatrice de l’excision est de 462,98 € par la sécurité sociale et les mutuelles prennent en charge une partie des dépassements d’honoraires des chirurgiens et anesthésistes, en plus des frais hospitaliers. Cette opération est codifiée « JMEA001 » sous le nom « transposition du clitoris ».
Répondre
ABBAD zineb
Bonjour j'ai 3 enfants et je veux savoir le remboursement de la chirurgie abdominale après 2 césarienne? Merci
Répondre
sarah
Bonjour,
J'ai une ACR3 ( tumeur benine au seins gauche) du coups mes hormones jouent au yoyo et ma poitrine est reduite, tombante et flétri à 30 ans.
Est-ce possible de bénéficier de la cpam pour la faire remonter ? merci
Répondre
Nathalie
Bonjour
J ai subie une abdominoplastie il y a 1 an ....une catastrophe j ai fallie mourrir
Mais ma question est lors d une abdominoplastie pris en charge par la sécurité sociale le chirurgien doit il aspirer le surplus de graisse avant de tendre la peau du ventre ? Ou ce n est pas pris en compte et dans ce cas il tend seulement la peau ?
Cordialement
Répondre
Ajouter un Commentaire