Fécondation in vitro (FIV) : prix, prise en charge de la sécurité sociale et remboursements des FIV et PMA par les mutuelles en France

Prise en charge prix fécondation in vitro

Le prix de la fécondation in vitro (FIV) soumis au remboursement de la sécurité sociale et les mutuelles est en moyenne de 4100 €. Néanmoins, il peut atteindre 8000 € quand la PMA (procréation médicalement assistée) est entravée par des malformations génitales et/ou nécessite un don d'ovocytes (DO).

Le remboursement de la FIV par une mutuelle pas chère est possible si la sécurité sociale accorde sa prise en charge à 100 % avant l’âge limite de 43 ans. Il peut atteindre 450% de la BRSS chez plusieurs compagnies partenaires de « Mutuelles-Pas-Cheres.org » dont certaines acceptent de rembourser parcellement les frais d’une 5ème tentative de PAM.

Le comparateur propose plus d’une mutuelle pas chère qui rembourse la fécondation in vitro ou d’autres PMA en France et à l’étranger (Union européenne). Il explique aussi, dans la suite, les raisons du coût élevé de cette technique d’insémination artificielle et comment éviter les restes à charge.

Le comparateur précise aussi les meilleurs taux appliqués par les « mutuelles FIV » pour éviter les restes à charge dans les centres de PMA en France ou à l’étranger et même en cas de DO.

Fécondation in vitro (FIV) : quel prix est à rembourser par les mutuelles et la sécurité sociale (CPAM) suite aux différentes étapes de cette PMA ?

« Combien coûte chacune des étapes du cycle de la fécondation in vitro et combien de PAM sont remboursées par les mutuelles pas chères et la sécurité sociale ? » : la réponse permet, en cas de PMA, d'éviter une grande partie des frais inutiles sans diminuer les chances de procréer.

Le prix de la FIV remboursable par la CPAM et les mutuelles santé est constitué par :

  • Les traitements de stimulation (environ 1300 €) : ce sont les médicaments qui accélèrent la production d’ovules. Les mutuelles pour FIV les prennent tous en charge à 100 %, sauf les compléments alimentaires.
  • Les surveillances hormonales et échographiques (500 € au minimum) : elles sont un ensemble d’analyses et d’imageries médicales destinées à surveiller les effets des médicaments qui peuvent affecter l’équilibre hormonal chez une femme
  • L'injection intra-cytoplasmique (entre 500 € et 750 €) : c’est l’étape de l’introduction du spermatozoïde dans l’ovule pour le féconder
  • La ponction et le transfert d’un embryon (près de 1700 €) : elle est l’étape finale du cycle d’une FIV qui se concrétise par l’implantation de fœtus dans l’utérus.

Quant au nombre de FIV remboursées en France, il est de 4 tentatives, alors que celui des autres techniques de PAM est de 6 essais. La base de remboursement d’une FIV est fixée par la CPAM qui se réfère à des tarifications proches à celles susmentionnées. Toutefois, la prise en charge de cette PMA par de la sécurité sociale reste insuffisant même en cas de couverture « 100% Stérilité », vu que le prix à rembourser par cycle peut doubler.

Dans ce cas, choisir une mutuelle pas chère qui rembourse la FIV avec des niveaux de garanties élevés est nécessaire pour les couples qui choisissent d'être suivis par des médecins qui pratiquent les dépassements d'honoraires. Ces derniers vont de 2400 à 4000 € pour 4 cycles complets.

Le coût final de la fécondation in vitro peut augmenter par certains frais supplémentaires ; il s'agit surtout de :

  • Séances de soutien psychologique : ils sont utiles pour éviter le découragement des assurés désireux de concevoir des enfants.
  • Soins naturels : l'acupuncture, la naturopathie et autres soins non conventionnels sont considérés par plusieurs femmes comme des moyens indispensables pour préparer leurs corps aux grossesses. Il existe des mutuelles dédiées aux FIV qui couvrent les frais de ses médecines douces à hauteur de 60 €/séance.
  • Visites médicales supplémentaires : les consultations des praticiens renommés permettent de rassurer les parents ou d'obtenir des avis et des conseils supplémentaires.
  • Frais de transport durant la PMA : le remboursement des frais kilométrique en ambulance suite à une FIV est nécessaire quand une femme a besoin de rester alitée ou en position allongée pour éviter la perte du fœtus.

De plus, la sécurité sociale et certaines mutuelles spéciales FIV remboursent d'autres coûts annexes au prix initial. Cela concerne principalement :

  • La prise en charge des frais du transfert d’embryon en cas de PMA avec DO (don d'ovocytes)
  • La compensation en cas d'arrêt de travail pour subir les traitements et la fécondation in vitro (il y a des indemnités journalières dès 3 jours de congé).

Les 3 points susmentionnés alourdissent les coûts de la FIV non remboursés par la sécurité sociale. Dans ce genre de situation, il est judicieux de prendre une mutuelle santé à la carte qui effectue la prise en charge de la PMA et les restes à charge.

Faites une comparaison des formules sur « Mutuelles-Pas-Cheres.org » et choisissez-vous celle qui rembourse au mieux les frais liés à une FIV, comme de celles proposées par Asaf Afps, Generali Assurance, etc.

Fécondation in vitro : quel remboursement une "mutuelle FIV" pas chère assure-t-elle suite à la prise en charge de la Sécurité sociale d’une PMA ?

La FIV est remboursée par la mutuelle santé jusqu’à un taux de 450 %. Cette prise en charge de la fécondation in vitro est possible uniquement quand les examens démontrent l’utilité d’une assistance médicale à la procréation et d’une insémination artificielle avec ou sans don d’ovocytes (DO).

Le remboursement du prix d’une fécondation in vitro (FIV) par la mutuelle est possible après la prise en charge par l’assurance maladie qui impose plusieurs règles :

  • l’âge de la femme doit être inférieur à 43 ans ; après cet âge la prise en charge de l'assurance maladie est refusée
  • le nombre de tentatives remboursées est limité à 4 et le compteur est remis à zéro après chaque grossesse.
  • la prise en charge de la FIV par la sécurité sociale ne peut durer plus de 2 ans (un renouvellement est possible)
  • la demande d’entente préalable est obligatoire et doit comporter les détails des techniques médicales à utiliser

Les conditions difficiles pour admettre une fécondation in vitro s’expliquent par le prix élevé que supporte la sécurité sociale à l’issue de 4 essais infructueux et le nombre ascendant des couples demandeurs d’une PMA. D’ailleurs, beaucoup de ménages choisissent le secteur privé pour une 5ème tentative malgré les tarifications libres et chères pour bénéficier de délais d’attente plus courts ; ils comptent sur les remboursements de plus d’une mutuelle sans carence performante à l’instar de celles présentées par « Mutuelles-Pas-Cheres.org ».

Le remboursement des FIV avec ou sans DO après 43 ans, ou au-delà du nombre limite de tentatives est uniquement tributaire à celui d’une mutuelle maternité adaptée. Cette dernière permet des indemnisations élevées face aux frais liés aux PMA et peux verser une prime à la naissance d'un bébé ce qui diminue l'incidence du reste à charge cumulé durant le traitement pour concevoir un enfant.

Toutefois, il est inutile de se demander combien de FIV avec DO sont remboursées en cas de stérilité totale de la femme. En effet, il est plus judicieux de trouver une mutuelle santé qui rembourse, à coup sûr les frais du transfert d'ovocyte suite à un don anonyme et légal (non monnayé).

Prise en charge FIV par la Sécurité sociale et les mutuelles : quels sont les actes remboursés durant une fécondation in vitro et autres PMA ?

La sécurité sociale et les mutuelles se partagent le remboursement de la FIV, notamment au niveau des actes les plus courants et coûteux suite à une ponction et un transfert d'embryon (dernière étape d'un cycle) dans un centre privé. Le tableau suivant résume les prises en charge pour la PMA en tenant compte de différents choix de formules santé :

Acte de FIV Code CPAM Prise en charge CPAM à 100 % Prix moyen Dépassements d'honoraires Reste à charge Mutuelle 100 % Reste à charge Mutuelle 200 % Reste à charge Mutuelle 300 %
Hospitalisation pour ponction ovocytaire en ambulatoire GHS 4982 371,72 € 430 € 58,28 € 58,28 € 0 € 0 €
Frais de chirurgien pour prélever des ovocytes sur 1 ou 2 ovaires JJFJ001 85,69 € 250 € 164,31 164,31 78,62 € 7,07 €
Frais d'anesthésiste lors de prélever des ovocytes sur 1 ou 2 ovaires JJFJ001 60,11 € 210 € 149,89 149,89 89,78 € 29,67 €
Transfert embryonnaire JSED001 52,25 € 160 € 107,75 107,75 55,50 € 3,25 €
Congélation d'embryon par vitrification 0054 144,50 € 170 € 25,50 25,50 0 € 0 €
Fécondation in vitro sans micromanipulation 0060 418,50 € 520 € 101,50 101,50 0 € 0 €
Total   1132,77 € 1740 € 607,23 607,23 223,90 € 39,99 €

Exemples des remboursements d'une FIV avec anesthésie générale par la CPAM et des mutuelles avec différents taux

Le tableau dévoile l'insuffisance de la prise en charge par la sécurité sociale lors d'un transfert d'embryon. Il montre aussi qu'une mutuelle rembourse bien la FIV dès un taux de 300 %. D'ailleurs, les restes à charge laissés sont mois de 50 € ce qui est dérisoire comparé au coût d'un transfert d'embryon dans un centre du secteur 2. De plus, il est important que les frais supportés par le couple soient toujours inférieurs à 3 cotisations mensuelles ; au-delà, la PMA devient trop coûteuse.

Toutefois, prendre une mutuelle pour FIV avec un taux de 350 ou 400 % peut être utile en cas de stérilité traitée par don d'ovocyte à l'étranger ou dans une clinique qui utilise des techniques très avancées.

Demandez dès maintenant vos devis sur « Mutuelles-Pas-Cheres.org » et trouvez une mutuelle hospitalisation, maternité, TNS, etc. adaptée à vos besoins médicaux et budgétaires.

Remboursement de PMA par la mutuelle outre la FIV : quelles autres techniques de procréation médicalisée sont prises en charge ?

Plusieurs méthodes de PMA sont remboursées par les mutuelles en plus de la FIV ; les plus connues se révèlent efficaces en cas d'infertilité ou de problèmes sexuels masculins :

  • L'insémination artificielle (IA) : elle permet d'injecter le sperme (ou les spermatozoïdes) directement dans l'utérus en période d'ovulation et son remboursement intéresse particulièrement les hommes incapables de mener à terme le coïte. Pour les cas les plus difficiles (azoospermie), le don de sperme devient une solution prise en charge par la mutuelle et la sécurité sociale.
  • ICSI (Injection intra cytoplasmique du spermatozoïde) : cette technique de PMA est remboursée en cas d'infertilité masculine. Elle nécessite un prélèvement dans l'épididyme ou le testicule de spermatozoïdes immatures ; pour cela, la biopsie des testicules est remboursée avant d'entamer une FIV.

Dans les 2 cas susmentionnés de PMA, la prise en charge des frais est possible dans les mêmes conditions prévues pour la fécondation in vitro. Toutefois, d'autres techniques restent entièrement à la charge du couple, à l'exemple de :

  • Préservation de la fertilité : les ovules ou les spermatozoïdes sont conservés dans un centre spécialisé ; cette technique intéresse les personnes cancéreuses, les transsexuels et les personnes en phases de perdre leurs appareils génitaux en cas de maladie.
  • FIV Plus : cette technique de PMA est non remboursée par les mutuelles et l'assurance maladie, elle consiste à effectuer une FIV après une sélection chromosomique des embryons.

Les coûts des deux dernières techniques de PMA sont totalement à la charge des patients. Toutefois, plusieurs traitements médicamenteux préliminaires sont remboursés par les assureurs ; pour cela, il est judicieux de toujours prévoir une bonne mutuelle pour les médicaments afin de bien couvrir les frais des produits pharmaceutiques nécessaires à l'occasion d'une PMA.

Demandez vos devis dès maintenant, et partez bien assuré face aux frais d'une procréation médicalement assistée.


1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Evaluation 3.5 sur 5 / note basée sur 55 avis